Select Page

EU at the UN

The EU's commitment to effective multilateralism, with the UN at its core, is a central element of its external action. As a UN observer with enhanced status, the EU delegation coordinates with its 28 Member States to speak with one voice. The EU also works closely with the UN secretariat and its agencies, funds & programmes, partnering on a range of global issues and challenges.

3 October 2016, New York – Statement on behalf of the European Union and its Member States by Ms. Eglantine Cujo, Legal Adviser, Delegation of the European Union to the United Nations, at the Sixth Committee on agenda item 108 on Measures to Eliminate International Terrorism

3 octobre 2016, New York – Déclaration au nom de l’Union européenne et de ses Etats membres prononcée par Madame Eglantine Cujo, Conseiller Juridique, Délégation de l’Union européenne auprès des Nations Unies, Sixième Commission Point à l’ordre du jour 108: Les mesures pour éliminer le terrorisme international

– Check against delivery –

Mr Chairman,

I have the honour to speak on behalf of the European Union and its Member States.

The Candidate Countries the former Yugoslav Republic of Macedonia*, Montenegro*, Serbia* and Albania*, the country of the Stabilisation and Association Process and potential candidate Bosnia and Herzegovina, as well as Ukraine, the Republic of Moldova and Georgia align themselves with this statement.

International terrorism continues to pose an extreme threat to global peace and security. More than ever, the international community must respond jointly by not only condemning but also working to counter terrorism in all its forms and manifestations.

As previously stated, the European Union is appalled by, and firmly condemns, the indiscriminate killings, the human rights abuses and violations of international humanitarian law perpetrated by several terrorist organizations, including Da’esh, Fateh al Sham, Al Qaeda, Boko Haram, Al-Shabaab. It is of outmost urgency to secure forensic evidence for the crimes committed and to allow justice to follow its due course.

Mr. Chairman,

Last year we presented extensively the actions that the EU is pursuing on preventing violent extremism and countering terrorism at home and abroad. I would like to reiterate our engagement with all our partners to eliminate this scourge as we know that strength lies in partnership.

This year we have reviewed and strengthened the 2014 EU counter terrorism/foreign terrorist fighters strategy focusing on Syria and Iraq. On this occasion, the EU High Representative for Foreign Affairs and Security Policy Federica Mogherini stated that: “Our determination to end the suffering of the people of Syria and Iraq is stronger than ever. We decided to increase our political engagement to facilitate the start of the transition in Syria and renewed our support to the stabilisation of Iraq.” Our short-term and long term policy is aimed at: (1) Stifling and ultimately destroying Da’esh through military and counter-terrorist measures; (2) Tackling the threat of foreign terrorist fighters flowing to Syria and Iraq and back to the EU; (3) Addressing the political, economic and social root causes of instability in Syria and Iraq that allowed the terrorist group to develop and thrive. In order to bring about these objectives, the EU is addressing the specific threat of Da’esh through, inter alia: (1) targeted and upgraded security and counter-terrorism dialogues; (2) adoption of assistance packages, including stabilisation measures enhancing the Iraqi government capacity in areas liberated from Da’esh and supporting reconciliation and enabling IDP return; (3) active participation in the Global Coalition to counter Da’esh. The EU support to the Global Coalition goes through participation in the working groups on foreign terrorist fighters, on stabilisation, on strategic communications and on counter terrorist financing, as well as in the working groups of the Global Counter Terrorism Forum.

In the wider North Africa and the Middle East region, our primary focus in recent months has been on cooperation with Tunisia, Lebanon, Jordan and Egypt where we are pursuing joint efforts in the fight against terrorism by providing counterterrorism assistance in the areas of security sector reform, enhancing border security, prevention of radicalisation and of the recruitment of foreign terrorist fighters and their return, critical infrastructure and soft target protection, including with regard to tourism, industry and transport. We have developed our network of counterterrorism experts in the EU Delegations. We currently manage a network of 11 counterterrorism and security experts posted to EU delegations in Algeria, Iraq, Jordan, Lebanon, Libya, Morocco, Nigeria, Pakistan, Saudi Arabia, Tunisia and Turkey. We have just expanded it to Chad and Bosnia-Herzegovina and added civilian CT expertise to Lebanon. Key areas of their capacity building support are in the fields of law enforcement, criminal justice, countering financing of terrorism and combating radicalisation and preventing violent extremism.

We are also increasing the funds (more than 150m Euros) allocated to help our partners who are working on new strategies to Prevent Violent Extremism, most recently in Tunisia and Somalia.

All these external actions complement the measures the EU has adopted internally, such as the Passenger Name Record (PNR) directive, the directive on preventing money laundering and terrorism financing, the Action Plan to reinforce preventive measures tackling terrorist financing, the implementing regulation on firearms deactivation, the ongoing work on border management, counter-radicalisation, information exchange, interoperability of databases, monitoring and analytical capacities, rehabilitation, training of professionals, education and youth outreach, all of which contribute to the fight against terrorism.

Mr. Chairman,

The EU and its Member States remain equally engaged in the multilateral fora, and the UN remains central to our partnerships.

We have demonstrated this year – on the occasion of the tenth anniversary of the UN Global Counter-Terrorism Strategy – that the UNGA spoke with one voice to countering terrorism and preventing violent extremism. The Strategy continues to be central to address the evolving trends of the terrorist phenomena in an integrated and balanced way.

The EU and its Member States very much welcomed the Secretary General’s strategic approach to place a strong focus on the prevention and countering of terrorism and violent extremism as and when conducive to terrorism. The phenomenon of radicalisation turning into violent extremism and terrorism can be best contained at a level closest to vulnerable individuals and in the most affected communities, through engagement with non-governmental organisations, frontline workers, women, and civil society organisations including victims’ groups as well as local authorities, academics, schools, law enforcement and security officials. Education and youth exchanges are areas which provide a unique opportunity to help young people to think critically about extremists’ views and discourses and expose the flaws of such propaganda. The UN system can play a significant role in bringing these different actors together.

The EU and its Member States have welcomed the Secretary General’s Plan of Action to Prevent Violent Extremism and supports the efforts to promote its implementation by the relevant UN entities, and to follow through on the General Assembly’s call for options to be presented on increasing UN coherence. The joint statement on preventing violent extremism principles for the UN that was circulated recently to the UN membership is one such initiative by an EU member. Several States have already indicated their support and willingness to co-sponsor and we would encourage all States to consider co-sponsoring this statement.

Mr Chairman,

The EU agrees that the work and initiatives of the Global Counterterrorism Forum (GCTF) should be better reflected in the UN’s CT and PVE agenda. The EU is an active member and we encourage all UN Member States to actively participate to and benefit from the works of this Forum. Let me highlight the recent launch of the Life Cycle Initiative Toolkit for practitioners and decision makers (from prevention, to intervention, to rehabilitation and reintegration) accessible online to all UN Member States. Also, the GCTF good practices documents that have been adopted by the GCTF Ministers guide our policy makers and local practioners in countering terrorism, preventing violent extremism and secure our border. These good practices have paved the way for several UN resolutions. As such, the EU calls for continued cooperation between the respective UN agencies and this forum to have more impact and to avoid duplication of efforts.

The EU is co-financing three initiatives inspired by this Forum focusing on implementing these good practices documents: (1) Hedayah, the Centre of Excellence on Countering Violent Extremism in Abu Dhabi which focuses on understanding a complex phenomenon; (2) the International Institute for Justice and the Rule of Law in Malta with a focus on strengthening judicial capacity through training parliamentarians and magistrates); (3) the Global Community Engagement and Resilience Fund in Geneva (which focuses on working with local communities). We believe that these initiatives as well as the whole GCTF’s work are very valuable and timely in the implementation of the United Nations Global Counter-Terrorism Strategy and the Secretary General’s Plan of Action to Prevent Violent Extremism.

We have long-established cooperation with the UN through the biannual political dialogues, as well as in the field. We will continue to support CTITF, CTED, UNODC with its Terrorism Prevention Branch, and UNICRI. The EU and its Member States have also engaged in co-funding various projects initiated or co-ordinated by the UNCCT. As regards the UN sanctions regimes, we reiterate our full support to 1267 Committee Ombudsperson Ms. Catherine Marchi-Uhel. The EU remains committed to promote the strengthening of due process and fair and clear procedures in the sanctions regimes. The EU has already taken steps to improve its procedures and will continue its dialogue with the UN and UN Member States in this area.

In view of the growing terrorist threat, we reiterate our call for all Member States to ratify and implement all UN legal instruments to counter terrorism and we recognize Member States efforts towards making progress on the Comprehensive Convention on International Terrorism. We remain committed to its successful conclusion.

Mr. Chairman,

Let me also recall that in our joint efforts, it is of utmost importance to ensure respect for human rights and the rule of law. We firmly believe that the rule of law and the protection of human rights and fundamental freedoms are essential components of the fight against terrorism. Member States must ensure that any measures taken to counter terrorism comply with international law, in particular international human rights law, international refugee law, and international humanitarian law. In the face of the challenge of terrorism, democracies should never compromise their values.

As regards the resolution of the 6th Committee under the agenda item on Measures to Eliminate International Terrorism, we see certain duplication with the Plenary work during UNGA sessions where a resolution to review the implementation of the UN Global Counter-Terrorism Strategy is being negotiated. We therefore advocate for a rationalization of our works during those sessions, for example by including the item on Measures to eliminate international terrorism on the agenda on a biennial basis and alternatively with the review of the UN Global Counter-Terrorism Strategy. As we learned from the past session, delegations are not willing to duplicate in the 6th Committee’s resolution matters that were just discussed in the Plenary.

Thank you.

==============================

– Vérifier au prononcé –

Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de prendre la parole au nom de l’Union européenne et de ses États membres.

L’ancienne République yougoslave de Macédoine*, le Monténégro*, la Serbie* et l’Albanie*, pays candidats, la Bosnie-Herzégovine, pays du processus de stabilisation et d’association et candidat potentiel ainsi que l’Ukraine, la République de Moldavie et la Géorgie se rallient à la présente déclaration.

Le terrorisme international continue de représenter une très grave menace pour la paix et la sécurité mondiale. Plus que jamais, la communauté internationale doit apporter une réponse commune, en condamnant et en unissant les efforts visant à combattre le terrorisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations.

L’Union européenne est une fois de plus consternée par, et condamne le plus fermement possible les meurtres aveugles, les violations des droits de l’homme et les violations du droit international humanitaire perpétrés par plusieurs organisations terroristes, notamment par Daesch, Fateh Al Sham, Al-Qaïda, Boko Haram et Al-Shabaab. Il est impératif d’obtenir les preuves médico-légales des crimes commis et de permettre à la justice de suivre son cours.

Monsieur le Président,

Nous avons présenté l’année dernière les actions que l’UE mène en matière de prévention de l’extrémisme violent et de lutte contre le terrorisme chez elle comme à l’étranger. Je tiens à réitérer notre engagement à éliminer ce fléau avec l’ensemble de nos partenaires. Nous sommes en effet conscients que notre force réside dans notre action concertée.

Cette année, nous avons révisé et renforcé la stratégie de l’Union Européenne de 2014 concernant la lutte contre le terrorisme et les combattants étrangers axée sur la Syrie et l’Iraq. À cette occasion, la Haute Représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, a déclaré: “Notre détermination à mettre fin aux souffrances des populations syrienne et iraquienne est plus forte que jamais. Nous avons décidé de renforcer notre engagement politique afin de faciliter le début de la transition en Syrie et nous avons réaffirmé notre soutien à la stabilisation de l’Iraq.” Notre politique à court comme à long terme vise à: (1) Freiner et, en définitive, détruire Daesh au moyen de mesures militaires et antiterroristes; (2) Lutter contre la menace que représentent les combattants terroristes étrangers qui affluent en Syrie et en Iraq avant de revenir dans l’UE; et (3) Remédier aux causes politique, économique et sociale de l’instabilité en Syrie et en Iraq qui ont permis au groupe terroriste de s’y développer et d’y prospérer. Pour réaliser ces objectifs, l’UE s’emploie à lutter contre la menace posée par Daesh, à travers notamment: (1) la tenue de dialogues ciblés et approfondis portant sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme; (2) l’adoption de programmes d’assistance, comprenant des mesures de stabilisation visant à renforcer les capacités du gouvernement iraquien dans les territoires repris à Daesh, à encourager la réconciliation, et à permettre le retour des personnes déplacées internes; (3) une participation active à la Coalition Mondiale contre Daesh. Le soutien qu’apporte l’UE à la Coalition Mondiale passe par une participation à ses groupes de travail sur les combattants terroristes étrangers, sur la stabilisation, sur la communication stratégique, et sur la lutte contre le financement du terrorisme, ainsi que par une participation aux groupes de travail du Forum mondial de lutte contre le terrorisme.

En Afrique du Nord et au Moyen-Orient, notre principal objectif ces derniers mois a été notre coopération avec la Tunisie, le Liban, la Jordanie et l’Egypte où nous poursuivons nos efforts de lutte contre le terrorisme en fournissant une assistance dans les domaines de la réforme du secteur de la sécurité, du renforcement de la sécurité aux frontières, de la prévention de la radicalisation et du recrutement de combattants terroristes étrangers et de leur retour, de la protection des infrastructures essentielles et des cibles vulnérables, notamment dans les secteurs du tourisme, de l’industrie et des transports. Nous avons également développé notre réseau d’experts anti-terrorisme au sein des Délégations de l’UE et avons actuellement 11 experts détachés dans nos délégations en Algérie, en Iraq, en Jordanie, au Liban, en Libye au Maroc, au Nigeria, au Pakistan, en Arabie saoudite, en Tunisie et en Turquie. Très récemment, ce réseau a été étendu au Tchad, à la Bosnie-Herzégovine et au Liban. Les principaux domaines d’appui au renforcement des capacités de ces Etats sont ceux du maintien de l’ordre public, de la justice pénale, de la lutte contre le financement du terrorisme, de la lutte contre la radicalisation et de la prévention de l’extrémisme violent.

Nous sommes parallèlement en train d’augmenter les financements (plus de 150 millions d’euros) visant à aider nos partenaires qui travaillent à l’élaboration de nouvelles stratégies pour prévenir l’extrémisme violent comme récemment, en Tunisie et en Somalie.

Toutes ces actions extérieures complètent les nombreuses mesures internes adoptées par l’UE qui contribuent à la lutte contre le terrorisme tels que la Directive sur les données des dossiers passagers («directive PNR»), la Directive sur la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, le Plan d’action pour renforcer la lutte contre le financement du terrorisme, la mise en œuvre du Règlement d’exécution sur la neutralisation des armes à feu et les travaux en cours sur la gestion des frontières, la lutte contre la radicalisation, l’échange d’informations, l’interopérabilité des bases de données, les capacités de suivi et d’analyse, la réhabilitation, la formation des professionnels, l’éducation et la sensibilisation des jeunes.

Monsieur le Président,

L’UE et ses États membres demeurent activement engagés dans les enceintes multilatérales et les Nations unies sont au cœur de nos partenariats.

Nous avons montré, cette année, à l’occasion du dixième anniversaire de la Stratégie antiterroriste mondiale des Nations unies — que l’Assemblée générale des Nations unies parle d’une seule voix dans la lutte contre le terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent. La Stratégie continue de jouer un rôle central pour faire face de manière intégrée et équilibrée à l’évolution du phénomène terroriste.

L’UE et ses États membres ont accueilli favorablement l’approche stratégique du Secrétaire général qui met l’accent sur la prévention et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent pouvant conduire au terrorisme. Une meilleure maitrise du phénomène de la radicalisation se transformant en extrémisme violent ou en terrorisme suppose d’agir au niveau des personnes vulnérables et des communautés les plus touchées; cela implique un engagement aux côtés des organisations non gouvernementales, des acteurs qui sont en première ligne, des femmes et de la société civile, y compris des groupes de victimes, ainsi que des autorités locales, des universitaires, des écoles, des agents des services de maintien de l’ordre et de sécurité. L’éducation et les échanges entre jeunes sont des domaines qui offrent une occasion exceptionnelle d’aider les jeunes à poser un regard critique sur les thèses et discours extrémistes et à mettre ainsi à jour les failles de cette propagande. Nous pensons que sur toutes ces questions, le système des Nations unies peut jouer un rôle significatif.

L’UE et ses États membres ont également accueilli favorablement le Plan d’action du Secrétaire général pour la prévention de l’extrémisme violent et ils soutiennent les efforts visant à promouvoir sa mise en œuvre par les organes des Nations unies concernés et à donner suite à l’appel lancé par l’Assemblée générale à présenter des solutions pour accroître la cohérence des Nations unies. Le “Joint statement on preventing violent extremism principles for the UN” qui a été récemment circulé par un Etat membre de l’UE est une initiative qui s’inscrit dans ce contexte. Plusieurs États ont déjà fait part de leur soutien et de leur volonté de parrainer cette déclaration et nous encourageons tous les États à faire de même.

Monsieur le Président,

L’UE estime que les travaux et les initiatives du Forum mondial de lutte contre le terrorisme (GCTF) devraient être mieux pris en compte dans l’agenda des Nations unies en matière de lutte contre le terrorisme et de prévention de l’extrémisme violent. L’Union européenne est un membre actif du Forum et nous encourageons tous les États membres des Nations unies à participer activement et à tirer parti des travaux de ce dernier. À cet égard, permettez-moi de signaler le lancement récent de la ‘Boite à outils’ de l’initiative sur le processus de radicalisation à destination des décideurs et des praticiens. Cette ‘Boite à outils’ est accessible en ligne à tous les États membres des Nations unies. En outre, les documents du Forum sur les bonnes pratiques adoptés par les ministres des Etats membres du Forum sont un guide pour nos décideurs politiques et praticiens locaux dans la lutte contre le terrorisme, la prévention de l’extrémisme violent et la sécurisation de nos frontières. Ces bonnes pratiques ont ouvert la voie à plusieurs résolutions des Nations unies. Dans ce contexte, l’UE appelle à la poursuite de la coopération entre les différentes entités des Nations unies et le GCTF pour être plus efficace et éviter la duplication des efforts.

L’Union cofinance actuellement trois initiatives inspirées par le GCTF et qui visent à mettre en œuvre ces bonnes pratiques: (1) Le centre Hedayah, qui est un centre d’excellence qui se concentre sur la compréhension du phénomène complexe qu’est l’extrémisme violent; (2) l’Institut international pour la justice et l’État de droit de Malte qui œuvre au renforcement des capacités judiciaires par la formation de parlementaires et de magistrats; (3) le “GCERF”, le Fonds mondial pour la mobilisation et la résilience communautaire qui se trouve à Genève et privilégie le travail avec les communautés locales. Nous pensons que ces différentes initiatives ainsi que l’ensemble des travaux du GCTF sont des outils utiles pour la mise en œuvre de la Stratégie antiterroriste mondiale des Nations unies et le Plan d’action du Secrétaire général pour la prévention de l’extrémisme violent.

Nous avons une longue relation de coopération avec les Nations unies que ce soit dans le cadre nos dialogues politiques semestriels ou sur le terrain. Nous continuerons à apporter notre appui à l’Equipe spéciale de lutte contre le terrorisme, à la Direction exécutive du Comité contre le terrorisme, à la branche «prévention du terrorisme» de l’UNODC et à l’ l’UNICRI. L’UE et ses États membres se sont également engagés en cofinançant divers projets lancés ou coordonnés par le Centre des NU pour la lutte contre le terrorisme. En ce qui concerne les régimes de sanctions des Nations unies, nous réaffirmons notre plein soutien à la Médiatrice du comité 1267 Mme Catherine Marchi-Uhel. L’UE demeure déterminée à promouvoir le renforcement du droit à un traitement équitable et à des procédures équitables et claires dans les régimes de sanctions. L’UE a déjà pris des mesures pour améliorer ses propres procédures et entend poursuivre son dialogue avec les Nations unies et les États membres dans ce domaine.

Face à une menace terroriste grandissante, nous réitérons notre appel à tous les États Membres à ratifier et à mettre en œuvre tous les instruments juridiques des Nations Unies visant à lutter contre le terrorisme et nous reconnaissons les efforts des États Membres pour progresser vers une Convention Générale sur le Terrorisme International. Nous demeurons déterminés à ce que ce processus soit un succès.

Monsieur le Président,

Permettez-moi également de rappeler que dans nos efforts communs, il est de la plus haute importance que d’assurer le respect des droits de l’homme et de l’État de droit. Nous sommes fermement convaincus que l’État de droit et la protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales sont des éléments essentiels de la lutte contre le terrorisme. Les États membres doivent veiller à ce que toute mesure de lutte contre le terrorisme soit conforme au droit international, et en particulier au droit international des droits de l’homme, au droit international des droits des réfugiés et au droit international humanitaire. Face au défi que représente le terrorisme, les démocraties ne devraient jamais transiger avec leurs valeurs fondamentales.

Mr. Le Président, un mot pour finir concernant le point de l’agenda concernant les Mesures visant à éliminer le terrorisme international. Nous voyons dans cette Résolution de la 6è Commission un certain chevauchement avec le travail effectué au cours des sessions plénières de l’Assemblée générale durant lesquelles sont négociées les résolution de revue de la mise en en œuvre de la stratégie antiterroriste mondiale des Nations unies. Nous plaidons donc en faveur d’une rationalisation de nos travaux durant ces sessions en prévoyant, par exemple, que le point sur les Mesures visant à éliminer le terrorisme international soit inscrit à l’ordre du jour sur une base bisannuelle, de manière alternative avec la révision de la mise en œuvre de la stratégie antiterroriste mondiale. Comme il est clairement ressorti de la session passée, les Délégations ne souhaitent pas revisiter dans la Résolution négociée au sein de la 6eme Commission les questions qui viennent d’être abordées en séance plénière.

Je vous remercie Monsieur le Président.


* The former Yugoslav Republic of Macedonia, Montenegro, Serbia and Albania continue to be part of the Stabilisation and Association Process.

* L’ancienne République yougoslave de Macédoine, le Monténégro, la Serbie et l’Albanie continuent à participer au processus de stabilisation et d’association.

  • Ref: EUUN16-117EN
  • EU source: European Union
  • UN forum: Sixth Committee - Legal Committee
  • Date: 03/10/2016

| Top |


FaceBook Twitter