Select Page

EU at the UN

The EU's commitment to effective multilateralism, with the UN at its core, is a central element of its external action. As a UN observer with enhanced status, the EU delegation coordinates with its 28 Member States to speak with one voice. The EU also works closely with the UN secretariat and its agencies, funds & programmes, partnering on a range of global issues and challenges.

Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de m’exprimer au nom de l’Union Européenne sur le point 32 de l’ordre du jour ‘’Dialogue entre les civilisations’’.

Comme le faisait observer le Secrétaire général dans le rapport qu’il a présenté sur ce point à la 54ème Assemblée générale, l’idée d’un dialogue entre les civilisations peut être interprétée de plusieurs manières, faute d’une définition universellement reconnue de la notion de civilisation. Pour sa part, l’Union européenne estime préférable d’envisager le concept de dialogue entre les civilisations comme un dialogue entre les cultures, dans l’acception la plus large de ce terme, et sur la base d’un ensemble de valeurs communes et partagées, comme mentionné dans la Déclaration du Sommet du Millénaire.

‘’Tous les êtres humains sont nés libres et égaux en dignité et en droit’’. L’humanité, dans le courant de son histoire, a développé ses traditions éthiques dans la conviction que ‘’les êtres humains sont doués de raison et de conscience morale et devraient agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternit钒. L’ONU, après la tragédie des deux guerres mondiales, s’est constituée dans cette recherche de valeurs morales et éthiques communes en entreprenant de codifier des normes juridiques universelles permettant de transcrire les droits universels correspondants à la dignité inhérente à la personne humaine. La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme est née de la reconnaissance de ces valeurs. Il s’agissait d’une codification des valeurs fondamentales existantes et communes à tous les peuples plutôt qu’une création de nouvelles valeurs.

La culture est à la fois un des traits les plus caractéristiques et une dimension fondamentale de l’être humain. La culture d’un pays ou d’une société est composée d’une multitude d’éléments, reflétant tous les secteurs de l’expérience humaine: géographie, environnement, langues, histoire, sciences, arts, croyances, pour n’en donner que quelques exemples. L’instauration d’un dialogue entre les civilisations doit, aux yeux de l’Union européenne, englober toutes les composantes qui font la richesse des cultures. Exclure certaines d’entre elles restreindrait de manière regrettable un dialogue qui doit être aussi riche que possible.

La pluralité et la diversité des cultures, dont le monde nous donne quotidiennement le spectacle, constituent une richesse de l’humanité. La diversité des cultures a pour corollaire inévitable des différences de sensibilité entre personnes ou sociétés de cultures différentes. Un dialogue substantiel entre civilisations est la meilleure manière de promouvoir une compréhension mutuelle et d’éviter les malentendus résultant d’un défaut de connaissance et d’information ainsi que du manque d’opportunités, pour les membres de civilisations différentes, à établir des contacts directs entre eux. Le dialogue entre civilisations impose également à la communauté internationale de préserver la diversité culturelle.

Pour se comprendre, il est important de créer un environnement favorable et d’avoir des références communes.

L’existence d’un dialogue, que ce soit entre individus, sociétés ou Etats, présuppose que les deux parties s’acceptent et se respectent mutuellement. On ne dialogue pas en effet avec un interlocuteur que l’on ne reconnaît pas comme son égal, quelques différences que l’on puisse avoir avec lui.

Parallèlement, l’Union européenne croit que la promotion par les Etats ainsi que par les sociétés civiles et les individus qui les composent, de la tolérance, du respect de la dignité intrinsèque de l’être humain et des Droits de l’Homme, contribuent à promouvoir le dialogue entre les cultures.

L’Union européenne estime que le renforcement du rôle et des moyens d’action de l’ONU et des organisations du système des Nations Unies est un moyen fondamental de promotion d’un dialogue entre les cultures.

La Charte de l’Organisation, en proclamant la dignité et la valeur de la personne humaine, l’égalité de droits des hommes et des femmes, ainsi que l’engagement des Etats-membres à pratiquer la tolérance, a fixé les principes dans le cadre duquel doit s’inscrire le dialogue.

L’Union européenne se félicite de l’attention portée par le Secrétaire général des Nations Unies à la question du dialogue entre les civilisations. Nous suivons avec un grand intérêt les initiatives de son Représentant personnel pour l’année internationale des Nations Unies pour le dialogue entre civilisations, Giandominico Picco, qui visent à préparer une contribution substantielle de l’ONU à l’année internationale.

Dans le système des Nations Unies l’UNESCO a, en raison de ses compétences spécifiques en matière d’éducation et de culture, un rôle particulier à jouer dans le développement d’un dialogue entre les cultures. A cet égard, l’Union européenne se réjouit que l’UNESCO ait été désigné principal responsable de la mise en oeuvre de ‘’l’Année des Nations Unies’’ pour le dialogue entre les civilisations. Elle accueille favorablement les projets élaborés par cette Organisation en vue de traduire dans la réalité le concept de dialogue entre les civilisations.

Le dialogue entre les civilisations suppose que soit favorisée chez les individus, quelle que soit leur appartenance, une curiosité pour les cultures différentes grâce à laquelle peuvent se développer les échanges directs entre personnes et entre ensembles de personnes ayant des intérêts communs, dans les domaines linguistique, artistique, scientifique, spirituel, humain. L’Union européenne rappelle à cet égard son initiative conjointe avec l’UNESCO et le Conseil de l’Europe pour déclarer l’année 2001, année européenne des langues.

Le processus de dialogue entre les civilisations devrait ouvrir des possibilités pratiques pour faciliter les échanges entre les personnes. Le développement et l’approfondissement du dialogue entre ces interlocuteurs suppose un rôle actif de la part des individus eux-mêmes, des institutions représentatives des sociétés civiles, des organisations non gouvernementales et des organisations internationales. L’Union européenne estime que la développement de l’activité de ces différents acteurs est un instrument de l’intensification des échanges et des rencontres entre individus issus de cultures différentes. Elle appelle les Etats-membres à faciliter par tous les moyens cette évolution.

Au delà du cadre institutionnel traditionnel des relations internationales, la mondialisation et les progrès rapides des nouvelles technologies de l’information et de la communication offrent des possibilités d’expression et d’échanges aussi nouvelles qu’extraordinaires, dont nous ne voyons encore aujourd’hui que les prémisses. L’Union européenne se réjouit de cette évolution, qui replace l’individu au coeur des flux de communication et de transmission du savoir, et lui confère des facultés d’initiative sans précédent. Elle appelle les Etats membres à contribuer au développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, et à permettre à tous les êtres humains d’y accéder.

L’existence d’un dialogue entre les civilisations exige enfin qu’une ultime condition soit impérativement remplie: la préservation d’une pluralité, d’une diversité des cultures dans toutes leurs dimensions. Comme le fait observer le Secrétaire général dans le rapport qu’il nous a présenté, la diversité est à la fois consubstantielle à l’universalité et sous-jacente à toute réflexion sur le dialogue entre les civilisations. L’Union européenne est consciente que la mondialisation, aussi riche de potentialités soit-elle, porte aussi en germe les risques d’une uniformisation des modes de communication, des comportements, des codes culturels. Qui plus est, le risque de marginalisation, voire de disparition des formes culturelles minoritaires est souvent aggravé par les disparités économiques et la dissymétrie d’accès aux media modernes, particulièrement aux nouvelles technologies de l’information et de la communication.

L’Union européenne considère, à l’instar du Secrétaire général, que le dialogue entre les civilisations constitue le visage humain de la mondialisation. Elle exprime le souhait que les Etats-membres se donnent pour objectif de long terme la préservation de la diversité culturelle, dans le respect des valeurs universelles. Elle estime nécessaire de mener une réflexion sur l’élaboration des moyens qui permettraient d’y parvenir. Elle se félicite à cet égard de la mise en place, le 5 septembre dernier, d’un Groupe de personnes éminentes, invité par le Secrétaire Général à mener des consultations sur les perspectives du dialogue entre les civilisations et à préparer un rapport sur ce thème. La première réunion de ce groupe aura lieu du 13 au 15 décembre 2000 à Vienne.

L’histoire des relations internationales nous offre malheureusement de plus nombreux exemples de confrontation que de dialogue. L’Union européenne se réjouit que l’Organisation des Nations Unies, en déclarant 2001 Année du dialogue entre les civilisations, se soit donnée l’ambition de façonner un nouveau paradigme des relations entre les nations et les cultures.


FaceBook Twitter