Select Page

EU at the UN

The EU's commitment to effective multilateralism, with the UN at its core, is a central element of its external action. As a UN observer with enhanced status, the EU delegation coordinates with its 28 Member States to speak with one voice. The EU also works closely with the UN secretariat and its agencies, funds & programmes, partnering on a range of global issues and challenges.

le 26 mai 2016, New York – Déclaration prononcée par le représentant spécial de l’Union européenne pour le Sahel, Angel Losada, au Conseil de sécurité

160526_Losada_UNSCLe Représentant Spécial a centré son intervention sur quatre axes: 1) la Stratégie de l’UE pour la sécurité et le développement du Sahel; 2) le processus de paix au Mali; 3) le G5 Sahel; et 4) la coordination au Sahel et pour le Sahel entre les acteurs internationaux.

Le Représentant Spécial a souligné que le Sahel représente une multitude de défis, mais aussi de nombreuses opportunités telles que l’accord de Paix au Mali qui a été signé il y a juste un an, la consolidation de la coopération régionale au sein du G5 Sahel, et sa jeunesse, sa plus grande force. Mais même temps nous sommes témoins (…), a-t-il ajouté, d’une montée en puissance des forces extrémistes et terroristes, et les effets du changement climatique y compris une désertification accéléré dans la région Sahélienne.

Il a rappelé que L’Union européenne a été la première à avoir adopté une stratégie et une approche globale pour le Sahel en 2011, dont découle un Plan d’Action Régional adopté en 2015. Son objectif est de renforcer notre dialogue politique avec la sous-région et d’appuyer les pays de la zone sahélienne, désormais étendue à l’ensemble des pays du G5 Sahel.

L’Union européenne, et ses Etats-membres, a-t-il ajouté, sont fortement engagés auprès des pays sahéliens notamment par le biais d’une approche globale qui lie intimement les questions de développement aux questions de sécurité, les actions d’urgences à court terme et l’appui aux réformes structurelles à moyen et long terme:  “Pour nous ceci est très clair: il n’y a pas de sécurité sans développement, mais également il n’y a pas de développement sans sécurité”, a-t-il déclaré.

Le Représentant Spécial a souligné que les nombreux défis existants dans la région ne pourront être vraiment relevés que dans un cadre de gouvernance démocratique et des droits de l’homme, qui comprennent notamment la protection de tous les droits et de toutes les libertés fondamentales, les principes démocratiques, l’État de droit et l’accès équitable à la justice et aux services sociaux de base, à gestion équitable et durable des ressources naturelles, et finalement à la bonne gouvernance.

Pour ce faire, le Représentant Spécial à déclaré que L’UE devrait allouer plus de 5 Milliards d’Euros au Sahel entre 2014 et 2020 à travers ses différents instruments de coopération et action humanitaire, et ce montant devrait dépasser les 8 milliards d’euros, avec les actions des états membres compris. S’ajoutent les autres instruments de l’UE comme les missions PSDC telles qu’EUCAP Sahel Mali et Niger, et EUTM Mali, ainsi que les actions des Etats Membres.

En plus, depuis le sommet de La Valette de novembre dernier, un fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne a été adopté en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique. La fenêtre du Sahel et du bassin du Lac Chad compte avec 1 milliards de fonds. Près de 30 projets ont été décidés entre janvier et avril  pour près de 382 millions d’euros. Il a également mentionné le soutien à la MNJTF pour lutter contre Boko Haram.

Il a rappelé que L’Europe a été au cœur de l’accord historique de la COP21 et est pleinement engagée dans sa mise en œuvre, notamment au Sahel via le renforcement des capacités de résilience des populations vulnérables, l’adaptation au changement climatique, ou de la gestion intégrée et durable des ressources naturelles.

Sur le Mali, le Représentant Spécial a mis en exergue l’engagement déterminé de l’UE et de ses états membres au Mali au côté des Nations Unies, utilisant tous les instruments financiers et techniques, et a salué les efforts que la MINUSMA, mais aussi l’opération Barkhane, mènent contre ces nombreux défis contre la paix au Mali et dans le Sahel.

Il a également évoqué le soutien de l’UE au G5 Sahel, avec l’adoption d’une feuille de route UE-G5 Sahel. Cette dernière précise les mécanismes de dialogue, de concertation et de coopération, ainsi que les principales activités et initiatives conjointes prévues en 2016. La sécurité, la gestion des frontières, la lutte contre le terrorisme, les trafics et le crime organisé sont au cœur des priorités partagées. Il a ajouté qu’une nouvelle rencontre entre la Haute Représentante et Vice-présidente de la Commission Européenne et les ministres des affaires étrangères des pays du G5 était prévue le 17 juin à Bruxelles.

Finalement, le Représentant spécial a analysé l’excellente coordination entre l’Union Européenne et les Nations Unies dans la région, qui s’est illustrée entre autres par la participation du RSSG Annadif et chef de la MINUSMA au Comité de Politique et de Sécurité à Bruxelles, ainsi que par de nombreuses rencontres et fructueux échanges  entre les institutions, leurs représentants spéciaux, et les Délégations et Bureaux sur le terrain.

  • Ref: EUUN16-0603
  • EU source: European Union
  • UN forum: Security Council
  • Date: 26/05/2016

| Top |


FaceBook Twitter