Select Page

EU at the UN

The EU's commitment to effective multilateralism, with the UN at its core, is a central element of its external action. As a UN observer with enhanced status, the EU delegation coordinates with its 28 Member States to speak with one voice. The EU also works closely with the UN secretariat and its agencies, funds & programmes, partnering on a range of global issues and challenges.

11 avril 2017, New York – Déclaration au nom de l’Union européenne et de ses Etats membres prononcée par S.E. Mme Joanne Adamson Chargé d’Affaires, a.i. Délégation de l’Union européenne auprès des Nations Unies, Débat du Conseil de Sécurité sur la situation en Haïti (MINUSTAH).

Comme prononcé

I would like to express my condolences to colleagues from the Permanent Missions of Egypt, Sweden and Somalia for the recent terrorist attacks.

Madame la Présidente,

J’ai l’honneur de prendre la parole au nom de l’Union Européenne et de ses Etats Membres. Je remercie le Secrétaire General pour son rapport et la Représentante Spéciale pour son exposé. Je remercie aussi le Représentant Permanent d’Haïti pour sa présentation.

La Turquie, l’ancienne République yougoslave de Macédoine*, le Monténégro*, la Serbie* et l’Albanie*, pays candidats, la Bosnie-Herzégovine, pays du processus de stabilisation et d’association et candidat potentiel, ainsi que la République de Moldavie, l’Arménie et la Géorgie se rallient à la présente déclaration.

Madame la Présidente,

L´Union Européenne se félicite que la longue période d’instabilité institutionnelle qui a caractérisé le processus électoral en Haïti  soit enfin révolue. L’achèvement du processus électoral a permis l’élection transparente et crédible d’un Président, qui a obtenu une ample majorité des voix. Le renouvellement de l’Assemblée nationale a aussi été réalisé. Un nouveau gouvernement a été formé et son programme a reçu la confiance de la nouvelle Assemblée nationale. Nous félicitons le peuple haïtien et ses acteurs politiques qui, malgré les énormes difficultés et les faiblesses du système, ont su ramener le pays à l’ordre constitutionnel basé sur la volonté des électeurs. Ceci était aussi une urgente nécessité pour que Haïti puisse faire face aux nombreux défis politiques, économiques, sociaux et environnementaux auxquels le pays est confronté.

Comme dans les dernières années, les efforts de tous pour garantir la stabilité et la sécurité continuent à être cruciaux pour le processus de consolidation démocratique. Une réforme consensuelle et profonde du système électoral serait un élément clé pour éviter de nouvelles crises et regagner la confiance de la population. Dans ce contexte, et tout en regrettant la non-continuation du mandat de l’expert indépendant des Nations Unies nous soulignons l’importance d’assurer que les nouvelles structures et mécanismes de protection des droits de l’Homme mis en place par le gouvernement reprennent pleinement et développent davantage le travail que l’expert a déjà accompli.

L’Union européenne demeure un partenaire fidèle de la République de Haïti et reste déterminée à soutenir le pays dans cette phase sensible en concertation avec les autres partenaires.

Madame la Présidente,

L’UE est un des principaux bailleurs de fonds en aide d’urgence comme en aide au développement.  Un témoignage de la solidarité avec le peuple Haïtien est la réponse que l’Union européenne a donnée suite à l’impact récent dévastateur de l’Ouragan Matthew.  Les Etats membres de l’Union européenne et la Commission européenne se sont engagés dans une série d’actions à court, moyen et long terme qui vont de l’assistance immédiate à la reconstruction et à la prévention, pour une valeur de plusieurs dizaines de millions d’euro.

Madame la Présidente,

Nous prenons acte de la proposition du Secrétaire Général de mettre fin à la mission de la MINUSTAH et de la remplacer par une présence réduite, axée sur la consolidation de l’état de droit et des services de police, et dont la direction aurait pour mandat principal d´appuyer la stabilité politique et la bonne gouvernance, notamment la surveillance et la réforme électorales La MINUSTAH  joue un rôle clé dans la stabilité politique et dans le domaine de la sécurité citoyenne en Haïti, y compris en assurant cette sécurité pendant des moments particulièrement difficiles comme, par exemple, lors des dernières élections. C’est pour cela qu’il faut aborder toute décision avec la prudence et la responsabilité qui s’imposent, et dans le cadre d´un dialogue permanent avec les autorités haïtiennes.

En outre, l’Union européenne estime que la situation sécuritaire en Haïti mérite d’être suivie avec attention, ainsi que l’indique le récent attentat contre l’ex-Président Aristide qui aurait pu avoir des conséquences graves sur l’ordre public et la stabilité du pays. Nous considérons donc essentiel de continuer le travail de renforcement de la Police haïtienne.

Le moment venu, dans la période de transition, il sera essentiel d’assurer une continuité bien préparée. Il y va de la sécurité et du bien-être des citoyens, et aussi de la stabilité du pays. Dans ce cadre nous saluons l’attention spéciale prévue dans le rapport du SG pour les questions d’Etat de Droit et des Droits de l’Homme, et nous encourageons plus de précisions des étapes et des responsabilités.

En conclusion, Madame la Présidente,

Laissez-moi exprimer une fois de plus l’appréciation de l’UE pour la fondamentale contribution apportée par la MINUSTAH en termes de sécurité et de consolidation de la démocratie et de l’Etat de droit en Haïti.

Il faut maintenant que la séquence qui finira par rendre l’Etat Haïtien pleinement responsable de la sécurité citoyenne et de la protection civile, soit précisément définie, planifiée et pleinement mise en œuvre en étroite concertation avec les nouvelles autorités haïtiennes.

L’UE soutiendra avec les Nations Unies et la communauté internationale les autorités haïtiennes pour qu’elles puissent renforcer leur engagement et leurs efforts visant à assurer un meilleur avenir, dans la paix, la démocratie et le bien-être, à l’ensemble du peuple haïtien.

 


* L’ancienne République yougoslave de Macédoine, le Monténégro, la Serbie et l’Albanie continuent à participer au processus de stabilisation et d’association.

  • Ref: EUUN17-032EN
  • EU source: European Union
  • UN forum: Security Council
  • Date: 11/04/2017

| Top |


FaceBook Twitter