Select Page

EU at the UN

The EU's commitment to effective multilateralism, with the UN at its core, is a central element of its external action. As a UN observer with enhanced status, the EU delegation coordinates with its 28 Member States to speak with one voice. The EU also works closely with the UN secretariat and its agencies, funds & programmes, partnering on a range of global issues and challenges.

J’ai l’honneur de m’exprimer au nom de l’Union européenne et de ses Etats membres. 

La Croatie*, pays d’adhésion, ainsi que la Turquie, l’ancienne République yougoslave de Macédoine*, le Monténégro*, l’Islande+ et la Serbie*, pays candidats, l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, pays du Processus de Stabilisation et d’Association et candidats potentiels et le Liechtenstein et la Norvège, pays de l’AELE membres de l’Espace économique européen, ainsi que l’Ukraine, la République de Moldavie, se rallient à la présente déclaration. 

D’emblée, je voudrais exprimer notre gratitude aux deux précédents co-présidents du Groupe de travail spécial sur la revitalisation de l’Assemblée générale, à savoir le Représentant permanent de la Lituanie, Son Excellence Monsieur Dalius Cekuolis, et le Représentant permanent de Saint Vincent et les Grenadines, Son Excellence Monsieur Camillo Gonsalves, pour l’excellent travail qu’ils ont effectué. 

Je voudrais aussi remercier le Président de l’Assemblée générale pour la nomination de la Représentante permanente de la Gambie, Son Excellence Madame Susan Waffa-Ogoo, et du Représentant permanent de la Géorgie, Son Excellence Monsieur Alexander Lomaia, en tant que Co-Présidents du Groupe de travail spécial établi par la résolution 65/315 de l’Assemblée générale. Nous nous réjouissons de l’engagement qu’ils ont pris de mener à bien leur tâche avec la plus grande responsabilité, et de promouvoir la confiance, l’esprit de coopération et d’ouverture pour une issue satisfaisante et fructueuse du processus. Nous saluons par ailleurs leur volonté exprimée de s’appuyer sur les résultats obtenus précédemment. Nous sommes prêts à  travailler avec eux de façon constructive pour atteindre nos objectifs communs. 

Monsieur le Président, 

Permettez-moi de présenter les idées générales relatives à la revitalisation des travaux de l’Assemblée générale qui vont guider notre approche durant les débats thématiques à venir et les négociations qui suivront. 

L’Union européenne et ses Etats membres sont très attachés à un multilatéralisme efficace, au cœur duquel se situent les Nations Unies. Le renforcement des Nations Unies, fondé sur un financement durable et effectif, en accord avec la capacité réelle de payer, et l’amélioration du rapport coût/efficacité de son fonctionnement, restent nos priorités premières. 

Nous estimons que l’Assemblée générale doit se concentrer sur les sujets d’actualité qui sont d’intérêt pour l’ensemble des Etats membres des Nations Unies et la communauté internationale. Dans ce contexte, nous restons engagés au service de la revitalisation et continuerons à soutenir les efforts destinés à renforcer l’Assemblée générale, conformément à la Charte des Nations Unies et aux résolutions pertinentes. Seul organe intergouvernemental à vocation universelle et disposant d’un vaste mandat avec des responsabilités de portée étendue, l’Assemblée générale devrait être en mesure d’accroître son efficacité pour répondre aux défis mondiaux émergents. La revitalisation ne peut être effective que lorsque l’Assemblée générale prend des mesures pertinentes et appropriées sur des sujets de préoccupation commune pour la communauté internationale, ainsi qu’elle l’a fait, sans équivoque, dans le cas de la Syrie. 

Nous nous réjouissons de l’adoption de la résolution 65/315. Dans ce contexte, nous voudrions insister sur l’importance de la mise en œuvre de toutes les résolutions de l’Assemblée générale, y inclus celles qui portent sur sa revitalisation, et nous notons l’impact de cette mise en œuvre sur le bon fonctionnement et l’efficacité de l’Assemblée générale. 

Pour nous, la revitalisation est synonyme d’une Assemblée générale qui serait davantage rationalisée, redevable et efficace dans son traitement des questions à l’ordre du jour. Nous notons que les activités du Président de l’Assemblée générale ont augmenté sensiblement au cours des dernières années, et nous notons également que le processus de revitalisation a déjà produit des effets positifs : par exemple, la tenue de débats thématiques sur les principales questions d’actualité facilite des discussions approfondies sur les sujets d’importance critique pour la communauté internationale. La nature interactive de ces débats permet un dialogue plus étroit de l’Assemblée générale avec les autres parties prenantes, dont la société civile, ainsi qu’avec les autres organisations régionales et internationales et les groupes en dehors du système des Nations Unies. Nous saluons la poursuite de cette pratique amorcée par l’ancien Président Deiss et reprise par le Président Al-Nasser. Nous reconnaissons également l’importance d’une interaction entre l’Assemblée générale et les organisations et instances régionales et internationales traitant des questions mondiales qui intéressent la communauté internationale, et soulignons les bénéfices qui peuvent être tirés de telles interactions. Nous apprécions la pratique actuelle du Secrétaire général de tenir des réunions d’information périodiques informelles sur ses priorités, ses déplacements et ses plus récentes activités, et nous l’encourageons à poursuivre cette pratique. 

L’amélioration de la transparence et de la coopération entre l’Assemblée générale et les autres organes principaux des Nations Unies demeure un objectif important. L’Assemblée générale devrait être destinataire des informations concernant les rencontres entre les Présidents de l’Assemblée générale, du Conseil de sécurité, du Conseil économique et social, ainsi que les rencontres avec les Présidents des organes subsidiaires. Les réunions organisées par le Président de l’Assemblée générale sur ses activités récentes sont des sources d’information précieuses.

Monsieur le Président, 

Sur la question des méthodes de travail, nous voudrions mettre l’accent sur le besoin qu’il y a de rationaliser encore l’ordre du jour de l’Assemblée générale et de ses grandes commissions, en vue d’assurer une plus grande efficacité et efficience. Il serait approprié d’étudier la possibilité de n’examiner certains points que tous les deux ou trois ans, de les regrouper ou de les exclure de l’ordre du jour. A cet égard, le travail entrepris par les Présidents et les Bureaux des Commissions principales est d’une importance cruciale. Nous serons donc très intéressés d’entendre les Présidents des Commissions principales s’exprimer dans le cadre des travaux du Groupe de travail spécial. 

Nous souhaitons également mettre l’accent sur la nécessité d’améliorer encore la publicité donnée aux travaux et décisions de l’Assemblée générale, tant vis-à-vis des médias que du public. 

Sur un plan plus technique, nous pensons que le Groupe de travail devra se pencher plus avant sur les  systèmes de vote électronique, la gestion de la documentation et la disponibilité des traductions dans les temps. Des informations sur les aspects techniques liés à la conduite des votes électroniques seraient utiles pour pouvoir discuter cette question de manière plus approfondie.

Nous comprenons que les réunions plénières de l’Assemblée générale se tiendront dans le Bâtiment de la Pelouse Nord dès la 67e session de l’AG, conformément aux prévisions du Plan cadre d’Equipement. Nous sommes confiants que le travail important à réaliser par l’Assemblée générale n’aura à souffrir en aucune façon de cette délocalisation temporaire.

Enfin, je voudrais vous assurer que l’Union européenne et  ses Etats membres continueront à s’investir de manière pragmatique dans les travaux du Groupe de travail spécial.

Je vous remercie.


* La Croatie, l’ancienne République yougoslave de Macédoine, le Monténégro et la Serbie continuent à participer au processus de stabilisation et d’association.

+ L’Islande continue à être membre de l’AELE et de l’Espace économique européen.


FaceBook Twitter