Select Page

EU at the UN

The EU's commitment to effective multilateralism, with the UN at its core, is a central element of its external action. As a UN observer with enhanced status, the EU delegation coordinates with its 28 Member States to speak with one voice. The EU also works closely with the UN secretariat and its agencies, funds & programmes, partnering on a range of global issues and challenges.

M. Flores (Espagne) (parle en espagnol) : J’ai l’honneur de prendre la parole au nom de l’Union européenne (UE). Les pays d’Europe centrale et orientale associés à l’UE – la Bulgarie, l’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la République tchèque, la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie, les pays associés, Chypre, Malte et la Turquie, et les pays de l’Association européenne de libre-échange membres de l’Espace économique européen – l’Islande et le Liechtenstein – souscrivent également à cette déclaration.
Ces dernières semaines, l’UE a condamné dans les termes les plus énergiques l’engrenage implacable du terrorisme et de la violence qui touche Israéliens et Palestiniens. Aujourd’hui nous voulons réitérer ce message et exprimer notre préoccupation la plus vive face à la poursuite des opérations militaires dans les territoires palestiniens, aux violations du droit international humanitaire et au nombre croissant et alarmant de victimes dans la population civile.
Les tentatives de destruction de l’Autorité palestinienne et de son infrastructure, l’isolement du Président Arafat, l’humiliation et le confinement de la population civile palestinienne sont inacceptables et contraires au droit international. Ces mesures et le recours à la force excessive doivent cesser immédiatement; totalement injustifiés, ils ne servent pas la lutte légitime d’Israël contre le terrorisme.
Il faut appliquer immédiatement les résolutions 1397 (2002), 1402 (2002) et 1403 (2002) du Conseil de sécurité. Nous déplorons vivement que l’on continue d’en faire fi, notamment pour ce qui est des demandes de cessation immédiate de la violence, de cessez-le-feu effectif et de retrait immédiat des troupes israéliennes des villes palestiniennes et des zones contrôlées par l’Autorité palestinienne.
Les bouclages et les restrictions à la liberté de circulation doivent cesser. Il faut également mettre fin à l’isolement et à la privation de liberté de mouvement du Président Arafat. L’Autorité palestinienne et son Président, représentants légitimes du peuple palestinien, doivent tout mettre en oeuvre pour arrêter la violence, démanteler les organisations terroristes comme le Hamas et le Jihad islamique, et veiller à ce que les responsables des récents attentats terroristes barbares contre les Israéliens ne restent pas impunis.
L’UE est extrêmement préoccupée par la catastrophe humanitaire que connaît la population palestinienne. Nous sommes tout particulièrement alarmés par les informations qui nous parviennent sur la gravité de la situation humanitaire dans les localités de Jénine et de Naplouse. Nous répétons que les mesures prises contre les institutions et le personnel médical et humanitaire sont inacceptables et contraires aux conventions des Nations Unies et au droit international humanitaire. Ils doivent pouvoir accomplir pleinement leur travail et avoir un accès sans entrave à la population dans le besoin. Nous rappelons que les deux parties doivent respecter les normes humanitaires internationales et protéger la vie des civils.
L’Union européenne souligne l’importance de la vision contenue dans le discours prononcé par le Président Bush jeudi dernier et, à cet égard, elle se félicite de la mission dans la région du Secrétaire d’État, M. Powell, en vue de travailler avec les parties à l’application des résolutions du Conseil de sécurité, en particulier de la résolution 1402 (2002). La création d’un État palestinien politiquement et économiquement viable, les garanties de sécurité pour l’État d’Israël, ainsi que l’appui récent donné par la Ligue des États arabes à l’initiative de paix du Prince héritier Abdullah font partie des éléments de cette vision que l’Union européenne prône depuis longtemps et partage pleinement.
Nous exhortons les deux parties à coopérer pleinement avec le Secrétaire d’État, M. Powell, ainsi qu’avec l’envoyé spécial, M. Zinni, et d’autres, pour mettre en oeuvre le plan de travail Tenet et les recommandations figurant dans le rapport Mitchell en vue de reprendre les négociations sur un règlement politique. Nous engageons aussi instamment les parties à accepter un mécanisme de surveillance impartial. Nous sommes convaincus qu’un déploiement d’observateurs sur le terrain sert les intérêts des deux parties. Nous sommes disposés à participer à un tel mécanisme.
L’Union européenne continue de tout mettre en oeuvre auprès des parties, auprès des pays de la région, auprès des États-Unis, de l’ONU et de la Russie pour mettre fin à un conflit dont la seule solution est politique. Nous attendons avec intérêt la réunion du « quatuor » au niveau ministériel, en présence du Secrétaire général, réunion qui doit se tenir demain à Madrid.
La réunion extraordinaire des ministres de l’Union européenne du 3 avril dernier a décidé d’envoyer dans la région une mission de haut niveau pour qu’elle rencontre le Premier Ministre Sharon, la Président Arafat et d’autres personnalités des deux parties. Nous regrettons que le Gouvernement israélien n’ait pas permis à l’Union européenne de rencontrer M. Arafat, Président élu de l’Autorité palestinienne. Il est essentiel que le « quatuor » d’envoyés spéciaux ait pleinement accès à toutes les parties. Il est également indispensable que les représentants diplomatiques et consulaires puissent s’acquitter complètement de leurs fonctions, s’agissant en particulier de l’accès à leurs propres citoyens dans les territoires et de leur protection.
L’Union européenne est extrêmement préoccupée par la situation explosive qui règne dans la région, et en particulier par l’escalade récente de la violence le long de la frontière entre le Liban et Israël. Nous demandons qu’il soit mis fin aux violations de la ligne bleue. Nous condamnons les dernières attaques en provenance du territoire libanais et nous demandons à toutes les parties impliquées de faire preuve de la plus grande retenue.


FaceBook Twitter