Select Page

EU at the UN

The EU's commitment to effective multilateralism, with the UN at its core, is a central element of its external action. As a UN observer with enhanced status, the EU delegation coordinates with its 28 Member States to speak with one voice. The EU also works closely with the UN secretariat and its agencies, funds & programmes, partnering on a range of global issues and challenges.

Summary: 20 julliet 2015, Bruxelles – Déclaration de la Haute-Représentante/Vice-Présidente Federica Mogherini suite à sa rencontre avec le Premier Ministre tunisien Habib Essid.

Seule la version prononcée fait foi

Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Ministre, c’est un plaisir de vous accueillir à nouveau à Bruxelles, deux mois après votre dernière visite, dans un moment particulièrement important et dramatique dans l’histoire de la Tunisie, après l’attaque de Sousse. Aujourd’hui nous avons eu une rencontre avec les ministres, pendant plus de deux heures, et c’est important parce que l’on partage la nécessité d’avoir une Tunisie stable, forte, engagée sur sa transition démocratique. Et il y a une forte volonté politique de la part de l’Union européenne de soutenir la Tunisie dans ses efforts de transition démocratique, dans ces moments difficiles pour son économie et pour son tourisme en particulier, et dans un moment difficile en ce qui concerne les défis sécuritaires et la lutte contre le terrorisme, qui nous unit tous.

Le partenariat entre la Tunisie et l’Union européenne est particulièrement important pour nous Européens. Nous avons démontré cela pendant des années. Depuis 2011, notre assistance économique et financière a été doublée. Notre intention est d’accompagner davantage encore vos efforts de réformes, de développer un partenariat qui soit vraiment un partenariat et qui soit vraiment privilégié. C’est dans notre intérêt aussi de faire en sorte que la Tunisie reste un modèle dans la région. Ce n’est pas seulement pour la Tunisie, ce n’est pas seulement pour le peuple tunisien, c’est aussi pour garder un espoir dans une des régions les plus difficiles du monde.

L’urgence des défis sécuritaires a été au cœur de notre discussion aujourd’hui, après l’attaque de Sousse qui a suivi l’attaque du Bardo. Mais ça n’a pas été le seul sujet de discussion avec les Ministres. L’Union européenne, les Etats membres sont engagés depuis plusieurs années pour appuyer la réforme du secteur de la sécurité en Tunisie. Nous avons un programme de 23 millions d’euros prévu pour 2016. On l’a accéléré afin que ses activités puissent être lancées dans les prochains mois.

Ce programme bilatéral comprend un  important volet en matière de sécurité des frontières, ce qui est également un élément central parmi de nombreux autres programmes.

Nous avons aujourd’hui discuté des pistes pour aller plus loin et mobiliser l’expertise de tous les Etats membres en faveur de la Tunisie.

Les secteurs où nous pouvons travailler ensemble sont variés dans le domaine de la sécurité et la lutte contre le terrorisme – notamment les services de sécurité, mais aussi l’approche judiciaire, la sécurité des frontières – on a parlé beaucoup de cela et des projets communs dans ce domaine-là-, la prévention de la radicalisation, le problème des combattants étrangers, la communication, le financement du terrorisme. Ce sont des projets dont la mise en œuvre doit venir rapidement et on a discuté concrètement de cela avec le Premier ministre et les Ministres des affaires étrangères des 28 aujourd’hui.

Au-delà de la sécurité, nous avons beaucoup discuté du soutien que l’Union européenne est en train d’augmenter pour appuyer la transition tunisienne, les réformes sur lesquelles votre gouvernement est engagé, pour poursuivre la consolidation démocratique notamment avec la mise en œuvre de la Constitution de 2014, et en matière économique pour relancer la croissance et l’emploi, notamment chez les jeunes, et réduire les disparités de développement régional, que connait la Tunisie.

A cet égard, le début des négociations d’un accord de libre-échange complet et approfondi entre l’Union européenne et la Tunisie, que vous avez proposé de commencer en octobre, sera un signal très positif à l’égard des investisseurs, en commençant par les investisseurs européens bien sûr.

Nous venons d’accélérer la préparation de l’ensemble de nos programmes de coopération pour cette année, qui comprennent un appui substantiel au développement économique des régions tunisiennes, au processus de décentralisation prévu par la Constitution, et aussi au secteur de la culture. Nous travaillons également à la meilleure façon de soutenir le secteur touristique tunisien dans les circonstances difficiles qu’il connait maintenant.

Avec les Ministres des affaires étrangères ainsi qu’avec mes collègues Commissaires, nous regardons de près comment soutenir les secteurs auxquels les Tunisiens sont particulièrement attachés et qui, je le sais, soutiennent l’économie tunisienne de façon significative : pas seulement la mobilité, l’éducation, les échanges universitaires – on a parlé du programme Erasmus – la jeunesse, l’innovation, la recherche, et un secteur particulièrement important pour l’économie tunisienne, le secteur agricole et en particulier l’huile d’olive.

Je sais, Monsieur le Premier Ministre, que c’est un secteur important aussi pour vous personnellement, et pour l’économie et de la culture tunisiennes – en tant qu’Italienne je le comprends très bien – et qui génère beaucoup d’emplois. On a décidé aujourd’hui de faire un effort en plus, et j’ai partagé, avec Monsieur le Premier Ministre, avec mes collègues, des propositions pour que l’Union européenne augmente de façon exceptionnelle et provisoire – mais quand même significative – le quota annuel d’exportation d’huile d’olive dont bénéficie la Tunisie.

Je suis aussi heureuse de pouvoir vous annoncer aujourd’hui – grâce à l’engagement du Commissaire Moedas – que, dans l’optique de l’association de la Tunisie au programme de recherche Horizon 2020, la Tunisie pourra y être associée avec un prix d’entrée privilégié exceptionnel, parce qu’on sait très bien qu’il faut investir dans les contacts entre les jeunes, et surtout les jeunes qui ont envie d’investir dans les relations entre les deux rives de la Méditerranée.

Ce sont des questions très concrètes mais on aussi discuté d’autres questions concrètes sur lesquelles on travaille ensemble, en particulier les développements en Libye. C’est une question prioritaire pour nous, pour nous Européens, on va peut-être en parler plus pendant ma conférence de presse après, à la fin de la réunion du Conseil. On a eu une session avec Bernardino Leon et les Ministres des 28. Mais on a aussi beaucoup parlé de cela avec un pays comme la Tunisie qui est un partenaire fondamental pour notre travail de stabilisation, pour les efforts de stabilisation de la Libye et on sait très bien qu’on partage un voisin, un voisin compliqué, difficile pour le moment, mais très important pour la stabilité et la sécurité, de nous tous.

Je voudrais vous remercier pour votre leadership, pour votre force, et vous avez entendu de la part de tous les Ministres aujourd’hui que le soutien européen à la Tunisie, au peuple tunisien, est sincère, fort, convaincu, et vous pouvez compter sur nous dans ces moments difficiles. Merci.

 

Lien vers la vidéo : http://ec.europa.eu/avservices/video/player.cfm?ref=I107471

  • Ref: EU15-300FR
  • EU source: 
  • UN forum: 
  • Date: 20/7/2015

FaceBook Twitter