Select Page

EU at the UN

The EU's commitment to effective multilateralism, with the UN at its core, is a central element of its external action. As a UN observer with enhanced status, the EU delegation coordinates with its 28 Member States to speak with one voice. The EU also works closely with the UN secretariat and its agencies, funds & programmes, partnering on a range of global issues and challenges.

 

– Vérifier au prononcé –

 

Messieurs les Présidents,

[Monsieur le Secrétaire général,]

Excellences,

Mesdames,

Messieurs, 

Je parle au nom de l´Union européenne et de ses États membres. 

La Croatie*, pays en voie d’adhésion, l’ancienne République yougoslave de Macédoine*, le Monténégro*, l’Islande† et la Serbie*, pays candidats, l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, pays du processus de stabilisation et d’association et candidats potentiels, ainsi que l’Ukraine, la République de Moldavie, l’Arménie et la Géorgie, se rallient à la présente déclaration. 

Je voudrais commencer par souligner que la menace terroriste demeure significative et que le terrorisme est un phénomène mondial et en évolution constante. 

En conséquence, l’Union et ses Etats membres restent pleinement engagés dans la lutte générale contre le terrorisme. L’approche essentielle de l’action de l’Union contre le terrorisme, qui est sous-tendue par le respect des droits de l’homme, réside dans la stricte conformité avec l’Etat de droit, la protection des droits et libertés fondamentaux, la promotion d’une approche tournée vers la justice pénale, et le renforcement d’un cadre juridique applicable dans l’ensemble du monde. 

Ce qui nous rassemble aujourd’hui dans cette entreprise conjointe tient à notre détermination commune à renforcer notre collaboration et à parvenir à un effort international plus efficace pour prévenir et combattre le terrorisme. Nous partageons également le désir de renforcer notre compréhension et notre confiance mutuelles. Chacun de ces objectifs est essentiel pour notre succès. 

Messieurs les Présidents, 

L’Union européenne prend très au sérieux la menace constituée par le terrorisme nucléaire. La Stratégie européenne de Sécurité adoptée par le Conseil européen en 2003 décrivait “le scénario le plus effrayant … où l’on verrait des groupes terroristes acquérir des armes de destruction massive. Dans cette hypothèse, un petit groupe serait à même d’infliger des dégâts d’une ampleur qui, jusqu’il y a peu, n’aurait pu être envisagée que pour des Etats ou des armées”.  

Je voudrais féliciter le Secrétaire général pour l’organisation de cette réunion de haut niveau qui rassemble des acteurs essentiels pour promouvoir les actions en vue de combattre le terrorisme nucléaire. L’Union européenne accueille favorablement l’initiative du Secrétaire général visant à étendre l’adhésion aux instruments juridiques qui constituent un facteur déterminant du cadre multilatéral au sens large, dont l’objet est de combattre le terrorisme nucléaire et de renforcer la sécurité nucléaire à travers le monde. Conformément à la Résolution 1540 du Conseil de sécurité des Nations unies, l’Union européenne est résolue à aider ses partenaires pour qu’ils adhèrent aux instruments internationaux pertinents et qu’ils les mettent en œuvre de manière efficace. 

Au plan international, les actions de l’UE sont guidées par trois principes simples: un multilatéralisme efficace, et la priorité à la prévention ainsi qu’à la coopération. Nous ne cessons de réclamer l’adhésion universelle aux traités internationaux applicables et appelons tous les Etats à mettre en œuvre leurs obligations. Nous soutenons des contrôles nationaux rigoureux des exportations et soulignons la nécessité de combattre les trafics illicites. 

Nous sommes aussi désireux de poursuivre notre coopération étroite avec nos partenaires et de rechercher les opportunités de coopérations nouvelles avec d’autres pays intéressés. 

L’UE reconnait le rôle central joué par l’AIEA pour l’édiction des documents pertinents pour la gestion de la sécurité nucléaire, pour la compilation de l’information relative aux trafics illicites et autres activités clandestines et pour la dissémination des faits relatifs aux incidents concernant des matières nucléaires et radioactives. L’UE reconnait également le rôle central des programmes de l’AIEA en matière de formation à la sécurité nucléaire. L’UE soutient aussi le renforcement des règles internationales applicables à la sureté nucléaire y compris pour l’édiction de règles juridiques et de mécanismes de conformité destinés à créer un environnement propice au contrôle des armes de destructions massives et de leurs matières associées. 

L’UE joue un rôle actif dans les négociations multilatérales sur la non-prolifération et la lutte contre le terrorisme y compris le terrorisme nucléaire. Nous demeurons convaincus que les mécanismes multilatéraux et régionaux, principalement l’ONU, l’OSCE, le GCTF, le G8 et la PSI offrent les meilleures opportunités pour notre coopération dans ces domaines avec les Etats tiers.  

L’UE participe activement au partenariat mondial du G8 et à l’Initiative Mondiale de Lutte contre le Terrorisme Nucléaire (ILMTN) et soutient, dans ce domaine, le travail des différentes organisations internationales, telle que l’AIEA, en contribuant de façon importante au Fonds pour la Sécurité Nucléaire et en apportant son soutien au Centre Commun de Recherche et à l’ONUDC. L’Union européenne s’efforce de mettre en œuvre un Plan d’Action NRBC ambitieux comportant plus de cent actions visant à renforcer la sécurité chimique, biologique, radiologique et nucléaire à travers les 27 Pays Membres de l’UE. 

Avec la mise en place de l´initiative portant sur les nouveaux Centres d’Excellence NRBC, l’Union européenne incite et soutient les pays partenaires à renforcer leurs capacités institutionnelles à faire face aux risques NRBC en collaborant avec les pays voisins. Nous nous sommes récemment entendus avec l’AIEA sur la coordination des activités des Centres d’Excellence NRBC ainsi que des Centres de soutien sur la Sécurité Nucléaire. Cela démontre notre engagement commun en faveur d’un renforcement des capacités institutionnelles. 

L’UE est fermement déterminée à mettre en œuvre les résultats des sommets sur la sécurité nucléaire, comme l’ont souligné, en mars dernier, les Présidents Van Rompuy et Barroso lors du second sommet de Séoul sur la sécurité nucléaire. 

En conclusion, permettez-moi de souligner à nouveau l’importance d’une coopération internationale accrue en matière de lutte contre la menace que représente le terrorisme nucléaire afin de protéger les matières et les installations nucléaires, et aussi de prévenir le trafic illicite de matières nucléaires. Nous ne pouvons nous permettre d’échouer dans cette tâche. 

Je vous remercie. 


*La Croatie, l’ancienne République yougoslave de Macédoine, le Monténégro et la Serbie continuent à participer au processus de stabilisation et d’association.

 

† L’Islande reste membre de l’AELE et de l’Espace économique européen.


FaceBook Twitter